Editorial

Témoignage sur la chasteté par Xavier et Camille de Certaines, moniteurs Billings

 

Après ce week-end missionnaire qui nous a enthousiasmés, nous a renouvelés dans notre joie d’être aimés et sauvés par le Christ, nous a encouragés à partager notre foi, nous voici face à la douloureuse réalité du rapport Sauvé. Que faire ? Prier pour les victimes, consoler, écouter, rendre justice. Prier pour leurs bourreaux. Prier plus que jamais pour la chasteté des prêtres, pour tous ceux qui « mènent le bon combat » (saint Paul). Prier pour la chasteté des jeunes, des célibataires, des couples, elles se rejoignent toutes, s’épaulent toutes parce qu’elles ont la même finalité : « vivre selon l’ordre du cœur » (saint Jean-Paul II).

 

La chasteté ne se limite pas à la continence, à un ensemble de préceptes négatifs mais elle est plutôt une manière unifiée de vivre dans son corps/cœur/âme/affectivité. Elle est l’inverse de la possession de l’autre, elle cherche à recevoir et accueillir plutôt qu’à prendre, à dominer, à réduire autrui à une chose. Toujours elle respecte l’autre dans son mystère de personne. C’est une vertu qui découle de la tempérance et qui est un soutien à notre nature humaine blessée depuis le péché originel. Chacun de nous fait l’expérience intérieure de ses combats sur le sujet, de ses difficultés à se donner sincèrement. La chasteté agit comme une garde du cœur qui me protège et protège l’autre des désirs de la concupiscence, et des désirs de domination. On pense en premier lieu au domaine de la sexualité, mais la chasteté s’exerce de manière beaucoup plus large, dans l’amitié, dans toutes les relations interpersonnelles. Pour chacun des états de vie : prêtre, laïcs célibataires ou mariés, cette même chasteté se vit selon des modalités propres.

Mais la chasteté n’est pas à rechercher pour elle-même (ou pour soi-même) dans une maîtrise de soi volontariste. Elle est toujours à ordonner à la charité, c’est-à-dire pour l’amour, pour le bien d’autrui (et ainsi pour mon bien). Elle est un don de Dieu, à Lui demander inlassablement : « donne ce que tu commandes, et commande ce que tu veux », ainsi suppliait saint Augustin.

 

Alors aujourd’hui nous demandons dans notre prière au Seigneur la chasteté de ses prêtres. Elle est pour nous un trésor essentiel. Comme couple marié, nous l’avons toujours étroitement associée à notre propre chasteté conjugale (un célibataire pourrait en faire de même !). Dans nos prières tout d’abord, nous demandons au Seigneur des saints prêtres ! Mais aussi dans notre propre combat de couple, concrètement. La chasteté conjugale est le chemin que nous essayons de vivre jour après jour avec la grâce de Dieu, le chemin que le Seigneur nous appelle à vivre. Ordonner notre amour conjugal à l’Amour de Dieu, à sa Volonté nous donne beaucoup de joie et de gratitude envers le Seigneur qui a un plan d’Amour sublime pour Ses enfants. Mais ce chemin nous demande des luttes, en raison de notre nature blessée. Nous avons toujours offert ces luttes pour la chasteté des prêtres, qui sont devenus comme des « compagnons » avec qui nous nous encordons spirituellement pour avancer vers le bon Dieu chacun dans notre vocation. Nos prêtres se dévouent pour nos âmes, pourquoi ne pas offrir concrètement pour eux nos efforts dans ce domaine ?

 

En ce mois du Rosaire, nous pouvons nous tourner vers la Mère du Bel Amour, la Vierge Marie pour lui confier particulièrement la chasteté de ses prêtres.

Aussi nous vous proposons de vous associer à cette neuvaine à Marie qui garde la chasteté des prêtres, écrite par Gabrielle Vialla, en contemplant chaque jour un saint prêtre.

 

Vous trouverez cette neuvaine en vous rendant sur le site : www.fecondite.org

https://fecondite.org/neuvaine-a-marie-qui-garde-la-chastete-des-pretres/