Editorial

Le mois d’octobre est traditionnellement consacré à Notre Dame du Rosaire. Comment ne pas évoquer  le 13 octobre 1917,  où la Très Sainte Vierge Marie révéla aux voyants de Fatima son nom et sa mission : 

« Je suis Notre Dame du Rosaire. Je suis venue pour exhorter les fidèles à changer de vie, à ne pas affliger par le péché Notre-Seigneur qui est tant offensé, à réciter le saint Rosaire, et à faire pénitence ».

Ce message est encore très actuel et hélas, si peu écouté par les chrétiens.

C’est le temps de conversion, de la dévotion à la très Sainte Vierge qui est notre Mère, nous pauvres pécheurs. Elle nous aime et elle veut que son Cœur Immaculé triomphe dans cette « vallée de larmes ». Le monde oublie si souvent la bonté de Dieu. Ainsi, trop de pécheurs vont en enfer parce qu’il n’y a personne qui prie pour eux. Et pourtant, la bienveillance de Marie envers eux est toujours présente. C’est à nous chrétiens de demander par la prière fervente l’intercession de notre avocate du Ciel pour tant d’âmes en détresse. C’est à nous chrétiens de prier, tout particulièrement par  la récitation du chapelet, et par l’offrande de petits sacrifices. Voilà de puissants moyens pour sauver les âmes.

Bien avant les apparitions à Fatima, déjà Notre Dame avait révéler au bienheureux Alain de la Roche qu’un signe probable et prochain de damnation éternelle est d’avoir de l’aversion, de la tiédeur et de la négligence à dire la Salutation angélique. Cette prière rappelle et honore le grand mystère de l’Incarnation du Verbe éternel et la rédemption du genre humain. Une des manières de bien réciter le chapelet est de s’arrêter tout simplement aux paroles de cette si belle prière. Nous pouvons aussi méditer sur les mystères glorieux, joyeux ou douloureux de la vie de Notre-Seigneur. 

Apprenez, chrétiens, nous dit saint Louis-Marie Grignon de Montfort, que l’Ave Maria est la plus belle de toutes les prières après le Pater ; c’est le plus parfait compliment que vous puissiez faire à Marie. Puisque Dieu a envoyé l’archange Gabriel faire ce compliment pour gagner son cœur ; et il est si puissant sur son cœur, par les charmes secrets dont il est plein, que Marie donna son consentement à l’Incarnation du Verbe, malgré sa profonde humilité. C’est par ce compliment aussi que vous gagnerez infailliblement son cœur, si vous le dites comme il le faut et avec foi.

Je vous prie instamment, continue le saint, par l’amour que je vous porte en Jésus et Marie, de ne pas vous contenter de réciter une dizaine, mais votre chapelet, et même, si vous en avez le temps, votre rosaire, tous les jours, vous recueillerez des bénédictions éternelles dans le ciel.

A l’exemple de Notre Dame qui offrit son Fils à Dieu comme victime au Temple, en sachant qu’Il devait un jour donner sa vie pour le salut des hommes, nous aussi, nous devons offrir des sacrifices à Dieu.

Voulez-vous rendre vos sacrifices agréables à Dieu ? La générosité doit être le principal caractère de votre amour pour Lui.  Il faut tout donner à Dieu et  il ne faut pas être surpris, qu’à mesure que vous lui donnerez, il vous demande davantage. Il agit ainsi pour vous disposer à de plus grande faveurs ici bas, et vous faire mériter de plus grandes récompenses dans le Ciel.

Marie ouvre à tous les fidèles le sein de sa miséricorde, afin que tous y puisent les biens de son amour : le captif y trouve la liberté ; le malade la guérison ; l’affligé la consolation ; le pécheur le pardon ; le juste la grâce ; les anges la joie, et Dieu sa gloire.

 Alors, osons adresser cette prière à Notre Dame :

« Sainte Marie, Reine du ciel et Mère de Notre-Seigneur Jésus-Christ, souveraine Maîtresse de l’univers, qui n’abandonnez et ne méprisez personne, daignez  jeter sur moi vos yeux de miséricorde et obtenez de votre cher Fils le pardon de tous mes péchés, afin qu’ayant honoré, comme je le fais de tout mon cœur, le mystère de votre immaculée conception, je puisse jouir du bonheur éternel par la miséricorde de votre Fils Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec le Père et le Saint-Esprit. Ainsi soit-il. »